Grand Oral du Bac

Signez l’Appel du 18 Août :

Faites comme moi, je signe l’Appel du 18 Août.

L’appel aux bonnes volontés pour « surpasser » le Grand Oral et ne pas le subir.

Les épreuves orales : Oral du Brevet, Oral de Français en Première, Le Chef d’Oeuvre en filière technique, et maintenant Le Grand Oral, en tant que nouvelle épreuve du BAC sont des opportunités que les lycées, les professeurs, les universités, les directeurs, les pédagogues, les parents d’élèves, les formateurs, les citoyens et surtout les élèves doivent pouvoir saisir.

Le Grand Oral n’a d’intérêt que ce que l’on en fait. Ce constat nous amène alors à nous interroger à sa préparation en amont, pour qu’il soit efficace, universel, possible et à son utilité en aval, notamment dans son devenir à l’université, qu’il conviendrait aussi de construire et de voir aboutir !

Seul, sans préparation, sans formation, sans moyen, sans réflexion, sans pédagogie, sans expérimentation, sans éducation nouvelle aux compétences oratoires et citoyennes, le Grand Oral risquera, je le prédis, de se transformer en un TPE (Travaux Pratiques Encadrés), machine à bonnes notes, sans qu’il n’y ait véritablement une conscientisation de l’importance des savoirs qui pourraient y être pratiqués.

Le Grand Oral doit être dépassé, surpassé, et ne doit pas être subi par les élèves, les directeurs et les professeurs.

Le Grand Oral à lui seul n’est qu’une opportunité que l’on veut pouvoir saisir, en toute indépendance, neutralité dans le cadre du « blog de l’oralité », qui se veut réfléchir à ces questions dans une démarche participative et indépendante.

Nous avons la certitude que le partage de la connaissance, que le débat rationnel et argumenté et que les propositions de chacun peuvent participer à ce genre de requête !

Nous signons pour que chacun à son niveau puisse obtenir un espace de proposition, de discussion, de débat, pour faire valoir par cet appel :

  • Sa volonté de faire du contexte du Grand Oral, l’occasion de réfléchir à l’oralité, aux compétences que développe la prise de parole en public (gestion des émotions, du corps, de la voix, argumentation, esprit critique, valeurs républicaines, esprit de synthèse, capacité d’insertion dans le monde du travail), au lycée puis à l’université
  • Sa volonté de ne pas laisser les élèves sans préparation, les professeurs sans aucun moyen, les parents d’élèves dans l’incompréhension.
  • Sa volonté de s’informer, de faire des propositions et des doléances sur ce sujet mais aussi de conscientiser les esprits pour une plus grande implication de tous les acteurs du champ scolaire.

Ne laissons pas filer l’occasion de changer l’école, de renouveler ses pratiques, ses éducations, sa pédagogie. Ne laissons pas filer l’occasion de faire de cette épreuve bien plus que ce qu’elle ne s’apprête à être.

Soyons convaincus que les mêmes causes produisent les mêmes effets, et qu’il serait peut-être temps de tirer les leçons des expériences du passé, non pour refuser ce Grand Oral, mais pour faire de cette opportunité quelque chose de plus grand, de plus juste, et de plus utile dans l’intérêt de tous.

JE SIGNE :

Les signataires engagés dans la prise de parole en public :

  • Bertrand PérierAvocat Coach du film « A Voix Haute », Professeur d’Art Oratoire à Sciences Politiques Paris
  • Robert MounierDirecteur du Lycée Sainte Marie La Grand Grange à St Chamond
  • Viviane YouxPrésidente de l’AFEF : Association française de l’Enseignement du Français.
  • Anquetin Rault JulineDirectrice des cours Réaubourg et enseignante
  • Béatrice Doradoux Formatrice et Coach en communication orale à la Désimpro.
  • Ismail SadkyEnseignant, Auteur et Formateur autour de la connaissance de soi, et des outils pour mieux apprendre.
  • Bedhief Mohamed elhabib Directeur d’école Primaire
  • Florian Esmail – Consultant en communication et Leadership
  • Etc…

%d blogueurs aiment cette page :